Philanthropie : la générosité des grands donateurs particuliers

L’essor du mécénat date du début des années 60, et a été pensé pour favoriser l’émergence de la philanthropie.

Pour exprimer sa citoyenneté et incarner une responsabilité complète, chaque entreprise engagée dispose désormais de différents leviers d’investissement en faveur d’acteurs citoyens.

Mécénat financier

Le mécénat financier apporte de l’aide supplémentaire à l’association ou aux porteurs de projets pour le développement de ses missions sociales et ces ressources peuvent également être dédiées à des projets spécifiques en adéquation avec les choix de l’entreprise partenaire. 

Mécénat en nature

Le mécénat en nature peut aller de la mise à disposition gracieuse des locaux, du personnel de l’entreprise, aux prestations de services ou des biens produits par l’entreprise pour la réalisation de l’ensemble des missions

Mécénat Humain ou compétences

Le mécénat de compétences offre dans un cadre précis, un transfert gratuit de compétences en faveur d’un projet d’intérêt général, en mettant à disposition de l’association des salariés volontaires.

La mise à disposition des salariés volontaires peut prendre différentes formes selon les besoins de l’association ou du porteur de projet en logistique, informatique, ressources humaines, formation, hygiène et sécurité ou en exécution de prestations de services (réparation, entretien, imprimerie, etc.) La mise à disposition de compétences (communication, comptabilité, gestion, expertise juridique, etc.), de techniques ou de savoir-faire.

Investissements citoyens

Ces nouvelles pratiques laissent entrevoir un mécénat « nouvelle génération » qui, surtout, consiste à penser le partenariat noué entre un mécène et un porteur de projet comme une source d’enrichissement mutuel et non comme la professionnalisation de l’un face à l’appauvrissement de l’autre. L’impact social est devenu, plus qu’une ambition, une nécessité. Et pour répondre à cette obligation de performance, les dynamiques coopératives et collectives se sont intensifiées au-delà des différences et des clivages. Souvent impulsées par les grandes entreprises engagées, ces dynamiques ouvrent la voie de la cross-fertilisation des partenariats et débouchent sur de grandes innovations sociales.

L’investissement citoyen est ainsi le moteur de l’expérimentation et le préalable de toute innovation sociale.